Fork me on GitHub

Alexis BRENON

La mauvaise habitude que j'ai réussi à perdre

Article publié le 3 mars 2015, c'était un mardi.

- Tu veux quoi comme sauce avec tes frites ?
- N'importe, je m'en fous !
Boom, la bombe est lâchée !
Il y a de mauvaises habitudes qu'on sait mauvaises et d'autre qu'on ignore, et c'est pourtant parfois celles qui agacent le plus notre entourage. Retour sur comment j'ai réussi à perdre une mauvaise habitude.
explosion
Crédit : Quentin Cordonnier

Frites-ketchup ou frites-mayo

Je suis comme qui dirait une bonne crème, une bonne pâte, etc. Je m'énerve assez rarement et arrive à m'entendre avec quasiment n'importe qui. Cette qualité (puisque c'est comme ça que je la perçoit), je la doit paraît il à ma timidité et mon introversion, comme l'explique le psychologue Christophe André, mais également à ma capacité à ne pas me formaliser pour les petits détails de la vie. C'est ce qu'essaye de démontrer mon exemple d'introduction ; au fond, qu'est-ce que ça peut bien faire la sauce qu'on mange avec ses frites (si ce n'est que les frites-mayo sont une aberration culinaire) ?

Toute question mérite réponse

Cette capacité de modération est plutôt appréciée dans le milieu professionnel, notamment pour les travaux de groupes, puisqu'elle évite les clashs entre différents leaders. Mais en privé c'est une tout autre histoire... Pour bon nombre de ces questions, notre avis est complètement dispensable, mais [...] nous nous devons d'y répondre. À moins de vivre avec une moitié tyrannique qui veut tout décider dans notre vie, les décisions auront plus de chances d'être prises de manière collégiale, et ce, quelque soit l'enjeu : le haut à mettre pour la soirée, la prochaine voiture à acheter ou la destination du voyage de noce. Pour bon nombre de ces questions, notre avis est complètement dispensable, mais la question est quand même posée et nous nous devons d'y répondre !

Un mauvais avis vaut mieux qu'un non avis

C'est ici qu'apparait le contre-productif Fait comme tu veux ! qui ne va rien nous apporter si ce n'est, l'ire de notre interlocutrice aux yeux de qui nous passerons pour quelqu'un qui se fout royalement de ce qu'elle nous dit, et la peur que le choix final ne nous aille pas du tout, parce qu'en fait on ne s'en fichait pas tant que ça !

Je ne doute pas qu'il y ai au moins une tenue que nous préférons par rapport aux autres [...], alors il faut le lui dire.

Reprenons notre exemple du haut de soirée. Si Madame nous pose la question c'est probablement qu'elle n'arrive pas à choisir d'elle-même, et un banal J'en sais rien ne va pas l'aider. Dans toute sa garde-robe, je ne doute pas qu'il y ai au moins une tenue que nous préférons par rapport aux autres (la petite robe à fleurs est certainement plus agréable à l'œil que le jogging du dimanche, non ?), alors il faut le lui dire. Trois cas de figure alors :

  • Madame nous écoute, cette robe lui va fort bien et tout le monde est content ;
  • Madame ne nous écoute pas, choisi quelque chose qui n'a rien à voir mais qui lui sied à ravir. Pas de souci, on ne s'offusque pas, nous aurons tout loisir de ne pas écouter ses conseils la prochaine fois qu'on lui demandera quelle cravate mettre avec notre chemise ;
  • Madame nous écoute, mais visiblement nous n'avions pas toutes les informations. Le gilet violet avec le top jaune et le jean vert la fait plus ressembler à Arlequin qu'à Jennifer Lawrence sur le tapis rouge. Encore une fois pas de problème, on le lui fait remarquer - avec tact ! - et je suis prêt à parier qu'elle ira se changer, et cette fois sans nous demander notre avis !
Jennifer Lawrence en robe de princesse Dior pour la cérémonie des oscars en 2013
Crédit : Le Figaro

Tourner sept fois sa langue avant de parler

Un dernier conseil avant de terminer. Certains choix sont plus irrémédiables que d'autres. Si elle nous demande si nous voulons un enfant et que l'on répond Oui ! sur un coup de tête, il sera plus difficile de lui dire que finalement, non on en voulait pas, lorsque celui-ci aura 10 ans. Dans ce cas là, il ne faut pas hésiter à dire que nous voulons y réfléchir avant de répondre. Attention toutefois, si vous le dite, vous devez le faire, il ne s'agit pas tous les six mois de demander un délai. Si c'est le cas, c'est qu'une discussion sérieuse sur le sujet s'impose et là, vous n'aurez pas le choix que de donner votre avis rapidement !

N'hésitez pas à réagir

Via Disqus ...

... ou Facebook